Je vais bien, ne t’en fais pas

Affiche du film "Je vais bien, ne t'en fais pas"

Affiche du film "Je vais bien, ne t'en fais pas"

Rien qu’en pensant à ce film, je sens une vive émotion remonter en moi. La même émotion que j’avais ressentie au ciné, en découvrant ce film lors d’une projection surprise "Label des spectateurs UGC" environ un mois avant sa sortie, et que je ressens à chaque fois que je le regarde à la télé. Émotion accompagnée d’une musique, le titre phare de ce film, le fameux "U Turn (Lili)" interprété par Aaron. Émotion accompagnée de deux visages, ceux de Mélanie Laurent et Kad Merad, tout simplement bouleversants dans ce film.

Lili (Mélanie Laurent) a reçu une lettre de son frère et questionne son père (Kad Merad)

Lili (Mélanie Laurent) a reçu une lettre de son frère et questionne son père (Kad Merad)

Lili, jeune femme de 19 ans, rentre de vacances. Heureuse, souriante, elle a visiblement passé de bons moments et présente sa nouvelle amie Léa à ses parents, Isabelle et Paul, avant de les suivre pour rentrer à la maison. Lili, encore sous le charme de son voyage, sent petit à petit qu’il y a comme un malaise chez ses parents. En rentrant à la maison, elle s’étonne de ne pas voir Loïc, son frère jumeau. Ses parents lui annoncent alors, visiblement gênés, qu’il est parti de la maison, fâché. Paul, le père, avoue qu’il a eu une brouille assez sérieuse avec son fils, et qu’il n’a pas pu le retenir à la maison. Lili a du mal à comprendre mais pense que c’est simplement une crise passagère et ne s’inquiète pas outre mesure. Mais plus les jours passent, plus l’absence de Loïc lui pèse, et plus elle cherche à comprendre ce qui s’est passé. Plus elle pose de questions, plus elle sent ses parents mal à l’aise. Des lettres commencent à arriver, adressées à Lili, dans lesquelles Loïc donne de ses nouvelles à sa sœur, lui explique qu’il est parti à l’aventure avec sa guitare, qu’il est heureux, et que son père est un con, que tout est de sa faute. Un ami de Loïc, membre du même groupe musical, donne à Lili une cassette contenant une nouvelle chanson que le jeune homme a dédiée à sa soeur jumelle juste avant de partir. Touchée, la jeune femme se rassure comme elle peut grâce à ces signes de vie, mais se heurte à un mur lorsqu’elle cherche à savoir pourquoi, dans chacune de ses lettres, son frère lui répète que leur père est responsable de la brouille et l’insulte avec véhémence. Petit à petit, elle perd l’appétit, ne parvient plus à se concentrer en classe, et finit par sombrer dans l’anorexie. L’hospitalisation devient inévitable, Lili se laisse mourir à petit feu… Après plusieurs semaines de traitement intensif, avec des règles de vie strictes et draconiennes, elle sort de l’hôpital et, son frère n’étant toujours pas rentré à la maison, décide de prendre les choses en main et de partir à sa recherche en le suivant à la trace grâce aux cachets postaux des différentes lettres qu’il envoie. Elle peut compter pour cela sur l’aide de Léa et de son petit ami, Thomas. Lili est pleine d’espoir, mais ne sait pas ce qui l’attend… Elle va finir par percer un lourd secret…

La famille Tellier (Isabelle Renauld, Kad Merad et Mélanie Laurent) traverse une épreuve difficile

La famille Tellier (Isabelle Renauld, Kad Merad et Mélanie Laurent) traverse une épreuve difficile

Philippe Lioret, le réalisateur, est tombé sous le charme du roman homonyme, œuvre d’Olivier Adam. C’est d’ailleurs ensemble que les deux hommes ont adapté le scénario pour pouvoir porter l’histoire sur grand écran. Avec succès car ce film a été plusieurs fois nommé et récompensé. Personnellement, je me suis pris une véritable claque une cinéma, ce film m’a beaucoup touché. Tant pour la qualité du scénario, sombre, avec une intrigue qui va crescendo dans le dramatique, que pour la qualité de l’interprétation. Isabelle Renauld – en mère résignée, presque perdue, qui connaît la vérité mais ne peut la révéler, et se doit de faire bonne figure – est très touchante, Aïssa Maïga et Julien Boisselier – les amis proches qui apportent un peu de fraîcheur dans la vie de Lili – sont très bons. Mais le film n’aurait probablement pas le même rendu émotionnel sans la performance exceptionnelle de Mélanie Laurent et Kad Merad, qui leur a valu un César chacun en 2007 (Meilleur espoir féminin et meilleur second rôle masculin). C’est depuis ce film que je regarde Kad différemment, qu’il est devenu pour moi l’un des acteurs de référence, capable de tout jouer, de faire rire, de faire pleurer, de délirer comme d’être sombre et sérieux, toujours efficace et touchant, rarement décevant. Il interprète à merveille ce père triste, presque paumé, qui se rend responsable de tout et préfère donner à sa fille l’image d’un père indigne, d’un monstre, que de lui dévoiler la vérité, même s’il voit bien que celle-ci supporte très mal la situation. D’habitude il nous fait rire, là il nous fait pleurer. Quant à Mélanie Laurent, elle crève l’écran et si elle était déjà connue pour des petits ou seconds rôles, c’est ce film qui l’a véritablement révélée aux yeux du grand public, et qui a vraiment lancé sa carrière. Son interprétation du personnage est exceptionnelle, elle parvient à nous communiquer les craintes, les angoisses, les peurs et les déceptions de Lili. Lorsque Philippe Lioret l’a rencontrée en préparant son casting, il a tout de suite eu envie de faire confiance à Mélanie, et comme cette dernière a aussitôt été touchée par son personnage, conquise, le rôle lui a été confié sans effectuer un seul essai. Ce qui avait alors paru comme une évidence aux yeux du réalisateur se confirme, Lili n’aurait pas été la même sans Mélanie Laurent. Enfin, je ne peux pas ne pas mentionner la bande originale du film, signée Aaron, qui apporte beaucoup aux aspects émotionnels de chaque scène. Si je devais faire un Top 10 des films que j’ai le plus aimés au cinéma, "Je vais bien, ne t’en fais pas" en ferait incontestablement partie.

Ma note : 5/5

Un bonus est disponible ici.

Lili (Mélanie Laurent) a besoin du réconfort de Thomas (Julien Boisselier)

Lili (Mélanie Laurent) a besoin du réconfort de Thomas (Julien Boisselier)

Photos film : www.allocine.fr (Fiche du film ici)

Une réflexion sur “Je vais bien, ne t’en fais pas

  1. Je viens de le voir à l’instant sur France 3 !

    Quel film ! L’histoire prend aux tripes !!!
    Et quand je vois comment on découvre l’histoire, ben, je m’y attendais pas du tout !

    Chapeau à Kad, il m’a surpris dans ce rôle !
    Quant à Mélanie… rho la la… quelle interprétation !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s