Une pure affaire

Affiche du film "Une pure affaire"

Affiche du film "Une pure affaire"

Bonnes critiques (bien que peu nombreuses au moment de la sortie du film), sujet avec un bon potentiel comique, la curiosité de voir Pascale Arbillot dans un rôle principal après l’avoir vue dans « Les petits mouchoirs », et surtout la présence de François Damiens, voilà qui m’a encouragé à aller voir ce film.

Christine (Pascale Arbillot) et David Pelame (François Damiens), un couple prêt à tout pour améliorer son train de vie

Christine (Pascale Arbillot) et David Pelame (François Damiens), un couple prêt à tout pour améliorer son train de vie

David Pelame a une vie plutôt monotone et terne par rapports à ses ambitions passées. Il travaille dans un cabinet d’avocats, mais voit petit à petit Brice, un jeune loup ambitieux, lui piquer ses principaux clients et le reléguer à un rôle peu gratifiant en récupérant les affaires sans importance dont personne ne veut, et sans gloire à récupérer. Dans son quartier, il gare sa petite voiture dans une rue remplie de gros 4×4. A la maison, sa femme et ses enfants ressemblent de plus en plus à de simples colocataires, notamment sa fille en pleine crise d’adolescence. David subit plus qu’il ne décide, et semble complètement résigné. Le soir de Noël, en promenant son chien, il trouve par hasard – sur les lieux d’une poursuite entre un fuyard et des policiers – un sac contenant plusieurs sachets de cocaïne et un téléphone portable qui n’arrête pas de sonner. Il décide de le prendre et de le cacher dans son sous-sol. D’abord un peu paumé, il finit par comprendre pourquoi le fameux téléphone croule sous les demandes de « tickets de métro » en grandes quantités. Après un premier essai fructueux, il comprend qu’il a là de quoi gagner beaucoup, beaucoup d’argent, et décide de se mettre à vendre les fameux tickets de métro, tickets qui ne servent en l’occurrence pas à emprunter des lignes mais à s’en faire… David peut enfin faire plaisir à son entourage, et tenter de regagner l’amour de ses proches. Sa femme, qui vient d’être licenciée mais gardait le secret, se méfie de ce changement d’attitude de son mari (qui se met à sourire et sembler satisfait, tout en restant mystérieux et silencieux) et finit par lui faire cracher le morceau… D’abord réticente, l’argent facile et quelques arguments judicieux finissent de la convaincre de se lancer avec son mari dans une nouvelle activité : le deal. Mais si tout se passe à merveille dans un premier temps, les choses vont se gâter petit à petit…

Brice Teller (Laurent Lafitte), un collègue aux dents longues...

Brice Teller (Laurent Lafitte), un collègue aux dents longues...

Après avoir lu les premières critiques et le résumé du film, je m’attendais à une comédie délirante. Or ce n’est pas tout à fait le cas. Le film est un peu long à démarrer (j’ai eu du mal à accrocher lors des quinze/vingt premières minutes, assez plates) et j’ai eu peur de m’ennuyer. Mais petit à petit l’intrigue se met en place, et on finit par s’attacher aux différents personnages, à s’inquiéter pour l’avenir de ce couple jusqu’alors tranquille et sans histoires qui se lance dans une entreprise dangereuse et interdite. Les seconds rôles (notamment Laurent Lafitte en jeune avocat aux dents qui rayent tout sur leur passage, Didier Flamand en beau-père soucieux de participer lui aussi à l’aventure, sans oublier Gilles Cohen, Nicolas Marié et les deux enfants) sont bien joués et apportent leur dose de piment sur certaines scènes. Quant au couple Pascale Arbillot / François Damiens, ils passent par toute une série de sentiments et d’émotions parfois contraires, et sont vraiment crédibles dans ce double rôle de mari et femme qui se supportent plus qu’ils ne s’aiment avant de se re-souder pour tenter de mener la grande vie et de faire face aux aléas de leur nouvelle aventure… François Damiens est ici employé à contresens par rapport à son talent de comique, mais montre qu’il peut aussi jouer des personnages sombres, un peu paumés, et nous toucher par la sincérité de son jeu. Un rôle un peu dans le style du Jacques de « Rien à déclarer », mari dominé par sa femme et à la chance très approximative… Au final, et même si je m’attendais à rire davantage, « Une pure affaire » reste un bon film sympathique.

Ma note : 3/5

La famille Pelame (Nicolas Boulifard, Pascale Arbillot, Anne Duverneuil, François Damiens et Didier Flamand)

La famille Pelame (Nicolas Boulifard, Pascale Arbillot, Anne Duverneuil, François Damiens et Didier Flamand)

Photos : www.allocine.fr (Fiche du film ici)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s