La fille du puisatier (+ avant-première)

Affiche du film "La fille du puisatier"

Affiche du film "La fille du puisatier"

Daniel Auteuil est l’un de mes acteurs préférés. Quelque soit le sujet, je ne pouvais pas louper son premier film en tant que réalisateur. J’ai bien sûr lu du Pagnol quand j’étais petit, mais je n’avais jamais réellement regardé les films consacrés à ses œuvres, du moins pas en tant que cinéphile. C’était donc l’occasion de découvrir « La fille du puisatier », avec un casting alléchant.

Jacques Mazel (Nicolas Duvauchelle) tente de séduire Patricia (Astrid Bergès-Frisbey), la fille du puisatier

Jacques Mazel (Nicolas Duvauchelle) tente de séduire Patricia (Astrid Bergès-Frisbey), la fille du puisatier

Nous sommes en Provence, dans les environs de Salon. Patricia est l’une des filles de Pascal Amoretti, l’un des puisatiers de la région. Après avoir passé quelques temps à Paris, elle a retrouvé son père et ses sœurs, et c’est elle qui fait tourner la maison. Un midi, en portant à manger à son père, Patricia doit traverser une rivière. Elle y rencontre Jacques, jeune homme de bonne famille, qui l’aide à traverser en la portant dans ses bras. Plutôt intimidée, la jeune fille ne s’attarde pas mais tombe sous le charme. Malgré tout, elle va l’éviter au maximum. Felipe, ami et employé de Pascal, fait la cour à Patricia depuis quelques temps, et lorsqu’il apprend que la jeune fille fête ses 18 ans, il propose de l’emmener en voiture au meeting aérien de Salon. D’abord réticente, prétextant qu’elle a trop de travail à la maison, la jeune fille finit par accepter lorsqu’elle comprend que Felipe souhaite voir Jacques au cours de ce meeting. En effet, le jeune homme, fils de commerçants – les Mazel, est aviateur et doit participer aux acrobaties aériennes. Felipe le connait depuis des années. Sur place, Jacques insiste pour inviter Patricia chez lui, en laissant l’amoureux transi au café. Trop entreprenant au goût de la jeune fille, Jacques se fait éconduire, et doit la laisser partir. Or Felipe a bu… Beaucoup… Trop pour reprendre le volant… Voyant son ami Jacques passer en moto, et sans se douter une seule seconde des conséquences, Felipe demande à son ami de raccompagner Patricia chez elle. Et en route, au détour d’un chemin, ce qui devait arriver arrive… Perturbée, mais amoureuse, Patricia accepte de revoir l’homme qui l’a fait devenir femme le lendemain. Or Jacques ne viendra pas… La guerre éclate, et en rentrant chez ses parents le jeune aviateur apprend qu’il doit partir en mission sur le champ. Il charge sa mère d’aller à sa place au rendez-vous et de remettre une lettre à Patricia. Ce qu’elle accepte. Mais Mme Mazel, en voyant la jeune fille, renonce et brûle la lettre. Terriblement déçue, Patricia se sent rejetée par Jacques. Après quelques temps, la jeune fille se résigne à révéler à son père ses lourds secrets : sa rencontre avec Jacques, mais aussi et surtout qu’elle est enceinte. Abasourdi, Pascal emmène toute sa petite famille chez les Mazel pour les informer de la situation. Ces derniers, croyant au complot et craignant un chantage, renvoient le puisatier à ses puits. Patricia, abandonnée par Jacques, porteuse d’un bébé refusé par les Mazel, ne peut plus rester à la maison : son père l’envoie illico chez une tante (elle même « bannie » de la famille) et ne veut plus entendre parler ni de sa fille, ni du bébé qui va naître. Que va-t-il advenir de la pauvre fille, et de son bébé ?

Pascal Amoretti (Daniel Auteuil), le puisatier, et Felipe (Kad Merad)

Pascal Amoretti (Daniel Auteuil), le puisatier, et Felipe (Kad Merad)

Je ne vais pas commenter l’histoire, elle est l’œuvre de Marcel Pagnol, et a donc été fidèlement reprise par Daniel Auteuil. Je ne vais pas comparer avec le film original de Pagnol, tourné pendant la guerre et sorti en 1940, car je ne l’ai pas vu, mais vais essayer de combler cette lacune dès que j’en aurai l’occasion. J’ai beaucoup aimé ce film, très émouvant, avec des images magnifiques (les charmes de la Provence sont bien mis en valeur à l’écran) et une bande-son signée Alexandre Desplat. Les acteurs jouent juste. Daniel Auteuil, qui a repris son accent provençal pour l’occasion, fait un magnifique puisatier. Kad Merad, reprenant le rôle de Fernandel, s’en sort très bien et prouve une fois de plus qu’il est capable de jouer tous types de personnages. Astrid Bergès-Frisbey donne à Patricia un petit côté timide, enfantin, presque farouche, tout en étant responsable de beaucoup de choses à la maison, notamment l’éducation de ses jeunes sœurs. Mais au fil de l’histoire, elle semble grandir et prendre de l’assurance. Les autres acteurs sont eux aussi à leur place, notamment Jean-Pierre Darroussin et Sabine Azéma. Daniel Auteuil rend un bel hommage à Pagnol, à la Provence, et à ses illustres prédeccesseurs, derrière et devant la caméra. Ce film version 2010 m’a donné envie de voir et découvrir la version originale de 1940.

Ma note : 4/5

Le puisatier (Daniel Auteuil) et sa fille (Astrid Bergès-Frisbey)

Le puisatier (Daniel Auteuil) et sa fille (Astrid Bergès-Frisbey)

J’ai eu la chance d’assister à une avant-première organisée au Cinespace de Beauvais (qui fête ses 10 ans), avec projection du film suivie d’un débat avec Daniel Auteuil. Lequel s’est prêté au jeu des questions avec beaucoup de sympathie, de sincérité et de disponibilité. Un moment inoubliable en compagnie d’un grand monsieur du cinéma français. Ci-dessous quelques photos prises à cette occasion :

Avant-première au Cinespace de Beauvais

Avant-première au Cinespace de Beauvais

Daniel Auteuil

Daniel Auteuil

Daniel Auteuil répond aux questions du public

Daniel Auteuil répond aux questions du public

Daniel Auteuil

Daniel Auteuil

Photos film : www.allocine.fr (Fiche du film ici)
Photos avant-première : CinéScrat

Advertisements

2 réflexions au sujet de « La fille du puisatier (+ avant-première) »

  1. De nouveau motivée par ta critique, je n’ai pas non plus été déçue du résultat. D’habitude, j’ai un peu de mal à accrocher à ce genre d’histoire mais Daniel Auteuil (remarquable) et toute la bande m’ont emporté, et c’est avec plaisir que je reverrais ce film 🙂

    • C’est pas non plus mon style de film à la base mais je quand on a l’occasion de voir Daniel Auteuil en vrai et bien on ne réfléchit pas et on fonce ! Et au final je suis même retourné le voir. J’ai lu quelques critiques négatives voire incendiaires, c’est dommage… Mais les goûts et les couleurs, comme on dit…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s