Polisse (+ avant-première)

Affiche du film "Polisse"

Affiche du film "Polisse"

Ce film faisait partie de mes priorités depuis quelques temps déjà, suite aux bonnes critiques à l’occasion du Festival de Cannes 2011 (« Polisse » a reçu le Prix du Jury), mais aussi pour son sujet (j’aime beaucoup ce genre de films proches du documentaire ou inspirés de faits réels), son casting bien fourni, et Maïwenn – la réalisatrice – dont j’avais beaucoup aimé le premier film « Pardonnez-moi ». Lorsque j’ai appris qu’une avant-première était organisée à l’UGC Ciné Cité Noisy-le-Grand en présence de l’équipe du film (ce qui est rare dans ce complexe que je fréquente régulièrement) je m’y suis donc précipité. Et en suis ressorti très touché, et heureux d’avoir vu un très bon film !

La BPM prépare une opération délicate, avec notamment Melissa (Maïwenn), Bamako (Arnaud Henriet), Fred (Joeystarr), Mathieu (Nicolas Duvauchelle), Gabriel (Jérémie Elkaïm), Sue Ellen (Emmanuelle Bercot), Chrys (Karole Rocher) et Nora (Naidra Ayadi)

La BPM prépare une opération délicate, avec notamment Melissa (Maïwenn), Bamako (Arnaud Henriet), Fred (Joeystarr), Mathieu (Nicolas Duvauchelle), Gabriel (Jérémie Elkaïm), Sue Ellen (Emmanuelle Bercot), Chrys (Karole Rocher) et Nora (Naidra Ayadi)

Nadine, Fred, Iris, Mathieu, Chrys, Sue Ellen, Bamako, Nora, Gabriel, sans oublier leur chef Balloo… Autant de personnes d’origines et de caractères différents, avec chacun leurs problèmes personnels (couple, divorce, enfants…), leur sensibilité, leurs hauts et leurs bas, mais tous unis pour une même cause : celle de la BPM, Brigade de Protection des Mineurs. En compagnie d’une jeune photographe, Melissa, mandatée par le Ministère de l’Intérieur pour réaliser un livre de photos sur la BPM, nous découvrons et partageons le quotidien d’une équipe de la BPM : leurs doutes, leurs enquêtes, leurs interrogatoires, leurs déjeuners, leurs interventions, leurs réussites et leurs échecs, leurs pétages de plombs, leurs engueulades… Chacun doit faire face à un quotidien morose, dur, la triste réalité : pédophilie, maltraitance, mineurs forcés à devenir des délinquants, problèmes de sexualité trop débridée entre ados non consentants… Chaque affaire est unique mais mobilise autant les équipes de la BPM, qui ne bénéficie hélas ni des moyens ni du soutien qui lui seraient dus. Au travers de leurs différentes interventions, des différentes affaires, on découvre comment fonctionne cette brigade, les difficultés qu’elle rencontre, ses méthodes de travail, et la façon dont chaque femme et chaque homme qui la compose doit concilier sa propre vie privée avec un travail très prenant, aussi bien physiquement que moralement. Melissa a au départ du mal à se faire accepter par Fred, l’écorché vif de l’équipe, mais petit à petit les deux personnages apprennent à se connaître. Et la photographe peut ainsi se fondre dans l’équipe pour mener à bien son projet…

Nadine (Karin Viard), Iris (Marina Foïs) et Sue Ellen (Emmanuelle Bercot) en pleine intervention

Nadine (Karin Viard), Iris (Marina Foïs) et Sue Ellen (Emmanuelle Bercot) en pleine intervention

Voilà le genre de film à vous coller au siège jusqu’aux dernières lignes du générique. Il dure plus de 2h, ne raconte pas vraiment une histoire en particulier, si ce n’est (en fil conducteur) le quotidien de la BPM avec un focus fait sur la relation au départ houleuse entre Melissa et Fred, mais on ne voit pas le temps passer et on apprend beaucoup de choses. On se sent réellement – comme la photographe, interprétée par Maïwenn, tout un symbole – plongés dans le quotidien de cette Brigade trop peu connue du grand public, qui fait un travail énorme, ingrat, douloureux, mais dont trop d’enfants ne pourraient (hélas) se passer. Certaines scènes sont très dures, pour les idées qu’elles véhiculent (essentiellement des dialogues, lors des interrogatoires notamment). Mais il s’agit de la triste réalité et on n’en est que plus touché. Bouleversé même… Cela fait froid dans le dos ! D’autant plus que le film commence avec la chanson « L’île aux enfants » de Casimir ! Joli contraste avec ce qui suit… Maïwenn a su filmer ces nombreuses scènes avec justesse et pudeur (malgré tout), en laissant une belle part à l’improvisation, et en dirigeant ses acteurs de façon magistrale, les confirmés comme les « novices », après avoir réussi à instaurer un véritable esprit d’équipe entre eux, une cohésion et une proximité qui sautent aux yeux. Joeystarr, qui véhicule encore auprès de certains une image peu reluisante due à son passé, crève véritablement l’écran, et interprète à la perfection le personnage de Fred, ce flic à fleur de peau, écorché, dur en apparence, mais qui cache au fond de lui une sensibilité et une humanité énormes. Je pourrais citer les autres membres du casting car personne ne dépare, mais la liste serait trop longue… Un grand coup de chapeau pour ce film puissant, qui touchera beaucoup de monde. Une claque de plus, avec une fin très marquante, lourde de sens, vive le cinéma français ! Le film n’a qu’un avertissement mais je le déconseille fortement aux jeunes enfants, même si au fond ils en apprennent parfois autant devant le journal télévisé…

Ma note : 5/5

Melissa (Maïwenn) est en immersion au sein de la BPM pour effectuer un livre de photos à la demande du Ministère de l'Intérieur

Melissa (Maïwenn) est en immersion au sein de la BPM pour effectuer un livre de photos à la demande du Ministère de l'Intérieur

Un petit mot sur l’avant-première à l’UGC Ciné Cité Noisy-le-Grand : la majorité de l’équipe du film était retenue dans les locaux d’un célèbre magazine féminin pour y recevoir un prix, mais nous avons eu le plaisir d’une rapide visite de Joeystarr, qui est venu présenter le film et répondre à quelques questions de la directrice du cinéma. Une rencontre intéressante avec un personnage qui ne laisse personne indifférent, et qui a répondu avec sincérité aux diverses questions et n’a pas manqué de nous remercier à plusieurs reprises d’être venus voir le film. Ci-dessous quelques photos prises au cours de cette avant-première :

Joeystarr lors de l'avant-première du film "Polisse" à l'UGC Ciné Cité Noisy-le-Grand

Joeystarr lors de l'avant-première du film "Polisse" à l'UGC Ciné Cité Noisy-le-Grand

Joeystarr répond aux questions de la directrice de l'UGC Ciné Cité Noisy-le-Grand

Joeystarr répond aux questions de la directrice de l'UGC Ciné Cité Noisy-le-Grand

Photos film : www.allocine.fr (Fiche du film ici)
Photos avant-première : CinéScrat

Advertisements

6 réflexions au sujet de « Polisse (+ avant-première) »

  1. ma note >> 1000000000/5

    j’ai absolument craqué sur ce film!! l’histoire est extremement bien filmée et très réaliste… Parfois il m’arrivait ‘oublier pendant quelques scènes que j’étais au cinéma…
    Je ne suis pas fan du tout de Joey Starr mais là il a réussi à me toucher par son rôle très «  »vrai » » ça lui va comme un gant!
    Maïwenn a vraiment réussi à revigorer le film français et je la remercie de nous montrer à quel niveau de cruauté et d’ignominie la race humaine est capable d’atteindre!!!

    • Là aussi je suis content que tu partages mon coup de coeur pour ce film ! J’avais des à priori sur Joey Starr (ou plutôt des images d’un temps plus si récent que ça…) mais j’ai découvert dans ce film un grand acteur, plein d’humanité. Ce rôle lui va à merveille !

  2. Je suis allée voir ce film avec ma super collège de 20 ans qui le voulait et moi aussi donc nous sommes allées le voir déjà avec du positif car les critiques aussi bien des connaissances et de la presses étaient bonnes. A la fin du film, nous sommes restées sonner par l’épilogue. Il nous a bien fallu une bonne minute avant de réagir et se dire que c’est la fin de Polisse. D’abord nous n’avons pas vu le temps passé et nous avons participé au film. Nous sommes passées du rire aux larmes, de l’effroi à la consternation et aussi à l’impuissance face à certains cas trés délicats. Ce film m’a ému, m’a fait rire et m’a fait pleurer. J’avais l’impression d’être à la place de cette photographe qui voit des cas trés graves et insoutenables et qui malgré tout, ne peut rien faire. Il m’a touché au plus profond de moi même car cela m’a fait revivre des moments trés dure dans ma vie d’enfant Mais il fallait que j’aille le voir pour continuer ma thérapie. Bravo à ces acteurs et à cette réalisatrice qui a filmé juste le quotidien de ce service au combien difficile à gérer aussi bien au niveau professionnel et personnel. Bravo au cinéma français qui montre bien que l’on peut émouvoir le publics sans artifices et en restant réel

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s