Forces spéciales (+ avant-première)

Affiche du film "Forces spéciales"

Affiche du film "Forces spéciales"

J’avais vaguement eu vent, l’année dernière, au détour d’une photo et d’un rapide commentaire, du tournage de ce film dans des conditions difficiles. Mais c’est surtout grâce à un ami militaire à la Gendarmerie Nationale (lequel se reconnaîtra), qui attendait de voir ce film avec impatience depuis de longs mois, que je m’y suis intéressé, et que j’ai eu moi aussi hâte de le découvrir. L’occasion idéale s’est présentée : avant-première organisée à l’UGC Ciné Cité Rosny en présence de l’équipe du film (présentation puis débat). Sujet intéressant, casting de haut niveau, réalisateur certes débutant en ce qui concerne les longs métrages mais qui connaît parfaitement son sujet et a tourné notamment pour « Envoyé Spécial » le superbe documentaire « L’école des Bérets Verts » sur la sélection des jeunes marins qui souhaitent intégrer les rangs des commandos Marine, ce film avait tout pour me plaire. Je ne m’attendais pourtant pas à prendre une telle claque !

La journaliste Elsa Casanova (Diane Kruger), grand reporter, a été prise en otage par les Talibans

La journaliste Elsa Casanova (Diane Kruger), grand reporter, a été prise en otage par les Talibans

Nous sommes en Afghanistan, dans un village reculé. Elsa Casanova est grand reporter et, en compagnie de son guide Amin, n’hésite pas à prendre d’énormes risques pour couvrir un sujet qui lui tient à cœur, en dénonçant notamment la dure condition féminine sous le régime des Talibans. Lorsqu’elle apprend par une jeune femme qu’elle interviewe régulièrement en cachette qu’elles sont toutes les deux démasquées par Zaief, un puissant chef Taliban, elle devrait fuir tant qu’il en est encore temps, mais elle préfère tout faire pour sauver la jeune femme, condamnée à une mort certaine et atroce. La jeune journaliste et son accompagnateur finissent par se faire capturer, les Talibans peuvent alors se targuer d’avoir fait deux otages de plus… En France, la nouvelle remonte rapidement jusqu’au Chef de l’État, qui exige que tout soit mis en œuvre pour récupérer la journaliste vivante. Des membres des Forces Spéciales sont déjà en route pour une mission de reconnaissance en territoire hostile. Les ordres évoluent suite à la diffusion d’une vidéo montrant les Talibans massacrer un homme sous les yeux d’Elsa – son contact afghan – et la menacer sans équivoque… Kovax, Tic-Tac, Lucas, Elias, Victor et Marius, six hommes anonymes mais dévoués corps et âmes à leur patrie, deviennent ainsi l’ultime espoir pour les otages. La mission des six militaires des Forces Spéciales est donc de ramener vivants Elsa Casanova et son accompagnateur afghan Amin. Les six hommes parviennent rapidement à localiser et délivrer les deux otages mais, après un accrochage, doivent abandonner du matériel technique et échapper aux Talibans qui se lancent à leur poursuite. Dans des contrées hostiles et sans aucun moyen de communication avec le Commandement des Opérations Spéciales, les six hommes vont devoir échapper tant bien que mal à des guerriers beaucoup plus nombreux qu’eux, faire preuve d’une bravoure et d’un esprit d’équipe exemplaires pour avoir une chance de mener à bien leur mission. Au péril de leurs propres vies, ils veulent et doivent protéger et sauver Elsa et Amin. A leurs trousses, le chef Zaief est déterminé : pour sauver sa place, son honneur, il doit laver cet affront dans le sang, et tuer la journaliste… Il dispose pour cela de moyens importants… C’est une lutte sans merci qui va s’étaler sur de longues journées, obligeant les six hommes et les deux otages à puiser au fond de leurs ressources physiques et morales. Sans jamais avoir la moindre certitude de s’en sortir. Et en voyant leurs chances de survie diminuer d’instant en instant…

Une partie du commando des Forces spéciales envoyé en mission pour ramener Elsa vivante : Lucas (Denis Ménochet), Elias (Raphaël Personnaz), Kovax (Djimon Hounsou) et Tic-tac (Benoît Magimel)

Une partie du commando des Forces spéciales envoyé en mission pour ramener Elsa vivante : Lucas (Denis Ménochet), Elias (Raphaël Personnaz), Kovax (Djimon Hounsou) et Tic-tac (Benoît Magimel)

Quel film ! Que d’émotions ! Stéphane Rybojad nous plonge dans une réalité atroce, on a l’impression d’être aux côtés de ces hommes et de cette femme, de vivre leur lutte impitoyable pour survivre, leurs montées d’adrénaline, leurs doutes, les hauts et les bas qui arrivent nécessairement au sein d’un petit groupe. On a envie de courir avec eux, de se battre à leurs côtés, leurs ennemis deviennent les nôtres, et on doit régulièrement retenir notre souffle, trembler sur nos sièges… Les acteurs sont exceptionnels : que ce soit Benoît Magimel, Djimon Hounsou, Denis Ménochet, Alain Figlarz, Raphaël Personnaz ou Diane Kruger, sans oublier Mehdi Nebbou, chacun s’est investi à fond dans son personnage, et on n’a quasiment jamais l’impression d’être dans un film tant tout semble réel. Et puis il y a Marius ! Pour celles et ceux qui ont vu le documentaire pré-cité, Marius y est l’instructeur que l’on voit régulièrement. Charisme, efficacité, combativité, autorité, nombreuses sont les qualités de cette force de la nature qui a un sacré sens de la répartie (et de savoureuses expressions). Il est respecté de tous et n’a donc pas eu à faire semblant pour interpréter son propre rôle. Au cours d’un tournage physiquement très éprouvant, tourné dans plusieurs pays (notamment au Tadjikistan), Stéphane Rybojad a su impliquer, filmer ses acteurs et les scènes de guerre au plus près et au plus juste, ce qui donne à l’écran un résultat des plus prenants. Vous l’aurez compris, j’ai eu un véritable coup de cœur pour ce film que je vous recommande vivement, pour ses nombreuses qualités et les émotions fortes qu’il véhicule. Rendez-vous en salles à partir du 2 novembre 2011.

Ma note : 5/5.

Un bonus est disponible ici

Elsa Casanova (Diane Kruger), Kovax (Djimon Hounsou), Tic-tac (Benoît Magimel), Lucas (Denis Ménochet), Elias (Raphaël Personnaz), Victor (Alain Figlarz) et Marius

Elsa Casanova (Diane Kruger), Kovax (Djimon Hounsou), Tic-tac (Benoît Magimel), Lucas (Denis Ménochet), Elias (Raphaël Personnaz), Victor (Alain Figlarz) et Marius

Un mot sur l’avant-première organisée à l’UGC Ciné Cité Rosny. Le réalisateur Stéphane Rybojad et l’acteur Raphaël Personnaz sont venus nous présenter le film, puis répondre à nos nombreuses questions lors d’un débat à l’issue de la projection. Beaucoup d’émotion dans la salle, le film a visiblement conquis le public. Stéphane et Raphaël nous ont raconté comment le film a été préparé – avec notamment un stage en compagnie des commandos de Lorient pour les acteurs, et quelques sympathiques anecdotes -, dans quelles conditions a eu lieu le tournage, fait de longs déplacements dans des contrées reculées et de rencontres inoubliables, et à quel point la plupart des membres de l’équipe du film ont été marqués par cette expérience. Un dialogue passionnant avec le public qui s’est prolongé par la suite en comité plus restreint, avec un Raphaël et un Stéphane particulièrement disponibles et enthousiastes pour discuter et prendre des photos. Une rencontre vraiment agréable et sympathique. Un grand merci à eux deux ! Merci également au personnel de l’UGC Ciné Cité Rosny pour leur gentillesse et l’excellente organisation, ainsi que la bonne ambiance tout au long de cette soirée. Quelques photos prises à cette occasion :

Le directeur de l'UGC Ciné Cité Rosny présente aux spectateurs l'acteur Raphaël Personnaz et le réalisateur Stéphane Rybojad, avant la projection en avant-première du film "Forces spéciales"

Le directeur de l'UGC Ciné Cité Rosny présente aux spectateurs l'acteur Raphaël Personnaz et le réalisateur Stéphane Rybojad, avant la projection en avant-première du film "Forces spéciales"

Raphaël Personnaz joue le rôle d'Elias dans le film

Raphaël Personnaz joue le rôle d'Elias dans le film

"Forces spéciales" est le premier long-métrage de Stéphane Rybojad, réalisateur de nombreux documentaires sur les forces armées françaises

"Forces spéciales" est le premier long-métrage de Stéphane Rybojad, réalisateur de nombreux documentaires sur les forces armées françaises

Beaucoup de questions pour Raphaël Personnaz et Stéphane Rybojad

Beaucoup de questions pour Raphaël Personnaz et Stéphane Rybojad

Raphaël Personnaz répond aux questions du public de Rosny

Raphaël Personnaz répond aux questions du public de Rosny

Stéphane Rybojad parle avec passion de son film aux spectateurs de Rosny

Stéphane Rybojad parle avec passion de son film aux spectateurs de Rosny

Le débat à l'issue de la projection, en compagnie de Raphaël Personnaz et Stéphane Rybojad, a duré plus d'une demie-heure

Le débat à l'issue de la projection, en compagnie de Raphaël Personnaz et Stéphane Rybojad, a duré plus d'une demie-heure

La salle 11 de l'UGC Ciné Cité Rosny était bien remplie pour cette avant-première du film "Forces spéciales"

La salle 11 de l'UGC Ciné Cité Rosny était bien remplie pour cette avant-première du film "Forces spéciales"

Photos film : www.allocine.fr (Fiche du film ici)
Photos avant-première : CinéScrat

Advertisements

6 réflexions au sujet de « Forces spéciales (+ avant-première) »

  1. Je viens de le voir en avant premier et je suis encore toute retournée. J’ai adoré ce film. Oui Vincent, on a l’impression de vivre, de courir, d’avoir peur et toutes les émotions avec eux. Ce n’est pas un film surfé mais bien réelle avec ces paysages magnifiques et les héros du films sont simplement des hommes et une femme avec une honneur et un respect finalement de la liberté . A revoir à sa sortie Ma note 5/5 vu que je ne peux pas mettre une note plus haute

  2. Par ce film (vu aussi en avant-première avec Stéphane Rybojad et Raphaël Personnaz), on nous montre ce que peuvent vivre les militaires engagés sur des théâtres de guerre.
    Sachant que les acteurs ont pu bénéficier d’un passage au sein du centre de formation des commandos Marine, ça apporte un plus en crédibilité dans le film. De plus, Marius (ex commando Marine et ancien instructeur commando Marine) apporte son expérience réellement vécu pendant plus de vingt années de service !

    Comme tu le sais Vincent, ce film aussi est un coup de coeur pour moi ! Je ne peux mettre une note. Tout simplement parce que je considère que ce que nous montre Stéphane Rybojad ne peut se voir attribuer une note…
    C’est un coup de coeur par rapport aux valeurs véhiculées !
    Patriotisme (totalement différent de racisme, et oui, j’aime mon pays, la France, c’est pas pour autant que je vais détester un pays et/ou ses habitants).
    Sacrifice de soi pour la réussite de la mission, pour sauver la vie d’un inconnu, et oui, un homme des forces spéciales préfèrera perdre la vie pour sauver celle d’un concitoyen. Ce n’est pas être héroïque, mais c’est avoir un réel sens de certaines valeurs, celle du devoir accompli.
    Camaraderie, parce que comme on le voit dans le film, c’est un groupe d’individus avec leurs forces, faiblesses, caractères qui se déplace afin de pouvoir accomplir la mission donnée par le chef de l’Etat.

    J’ai lu les critiques de la « presse »… ben franchement, il faudrait une pluie de neurones à ces personnes qui ont vraiment rien compris au film !!!
    Exemple sur le site excessif.com, « L’évasion réussie, le groupe trouve refuge dans les sommets enneigés pour atteindre l’Irak. »
    L’action se déroule en Afghanistan, mais visiblement le critique a du dormir tout le film…

    Le film n’est pas une pale copie de la chute du faucon noir ! Il traite d’une mission de sauvetage puis d’exfiltration. Le tout est très réaliste.
    Les enjeux ne sont pas simplifiés, Stéphane Rybojad s’est concentré sur l’humain, pas la politique. Le militaire n’est pas en territoire étranger pour y faire de la politique (tout militaire a un devoir de réserve !!!) mais bel et bien pour une mission attribuée en haut lieu.

    • C’est vraiment dommage que le film se soit fait ainsi massacrer alors que la plupart des gens qui le voient adorent !!! Il n’y a qu’à voir les notes « presse » et « spectateurs » d’Allociné ! Quand on lit les messages de Stéphane Rybojad sur la page Facebook du film, on sent qu’il est blessé, triste, c’est le travail de quatre ans et de toute une équipe qui se fait démonter par quelques jaloux qui n’auraient probablement pas renié le film s’il était estampillé Hollywood…

      • En attendant, le film a été vendu dans 33 pays.
        Et selon les premières informations obtenues mercredi soir, ben, le film connait un meilleur début qu’en France…
        Pour qu’un film Français se vende à l’étranger, c’est bien que ça doit pas être de la m*rd*…

        En tout cas, les critiques, au lieu de lire leurs mails (via téléphones portables), ben ils feraient mieux de regarder le film… déjà, ça permettrait d’éviter de sortir des conneries plus grosses qu’eux… et si en plus, ils pouvaient laisser les aprioris de m*rd* au vestiaire, ça ne serait que mieux !

        J’attends de voir « L’ordre et la morale » pour voir si les valeurs militaires sont bien respectées ou si c’est un film de plus pour descendre en flèche les forces armées françaises…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s