Alceste à bicyclette [critique courte – note : 3,5/5]

Synopsis : Au sommet de sa carrière d’acteur, Serge Tanneur a quitté une fois pour toutes le monde du spectacle. Trop de colère, trop de lassitude. La fatigue d’un métier où tout le monde trahit tout le monde. Désormais, Serge vit en ermite dans une maison délabrée sur l’Île de Ré… Trois ans plus tard, Gauthier Valence, un acteur de télévision adulé des foules, abonné aux rôles de héros au grand cœur, débarque sur l’île. Il vient retrouver Serge pour lui proposer de jouer «Le Misanthrope» de Molière. Serge n’est-il pas devenu une pure incarnation du personnage d’Alceste ? Serge refuse tout net et confirme qu’il ne reviendra jamais sur scène. Pourtant, quelque chose en lui ne demande qu’à céder. Il propose à Gauthier de répéter la grande scène 1 de l’Acte 1, entre Philinte et Alceste. Au bout de cinq jours de répétition, il saura s’il a envie de le faire ou non. Les répétitions commencent : les deux acteurs se mesurent et se défient tour à tour, partagés entre le plaisir de jouer ensemble et l’envie brutale d’en découdre. La bienveillance de Gauthier est souvent mise à l’épreuve par le ressentiment de Serge. Autour d’eux, il y a le microcosme de l’Île de Ré, figée dans la morte saison : un agent immobilier, la patronne de l’hôtel local, une italienne divorcée venue vendre une maison. Et l’on peut se prendre à croire que Serge va réellement remonter sur les planches…

Contexte : Pas besoin de grand chose pour me convaincre d’aller voir ce film. J’ai beaucoup aimé le film précédent de Philippe Le Guay (« Les femmes du 6ème étage »), et j’avais envie de voir le duo Fabrice Luchini – Lambert Wilson à l’oeuvre, deux acteurs qui déçoivent rarement.

Critique : L’histoire est une bonne trouvaille : un acteur d’une célèbre série télé (joué par Lambert Wilson) veut mettre en scène un grand classique de Molière sur les planches, et souhaite faire revenir un ancien acteur renommé, désormais retiré du métier (incarné par Fabrice Luchini), sur le devant de la scène. Le cadre est superbe : l’essentiel du film se déroule sur l’Ile de Ré, avec de magnifiques paysages. Les retrouvailles entre les deux acteurs sont plutôt mouvementées : les deux personnages se livrent à une belle joute verbale (et morale) tout au long du film, non sans quelques enfantillages au passage, et jusqu’à un dénouement plutôt inattendu. Luchini et Wilson sont impeccables et crédibles dans la peau de leurs personnages, et on trouve à leur côté une Maya Sansa convaincante. Le film ne manque pas d’humour, néanmoins je l’ai trouvé par moments un tout petit peu long… Peut-être aurais-je du éviter d’aller le voir un soir de grande fatigue (si je le revois je ne manquerai pas de mettre à jour cette critique si besoin), mais je n’ai pas eu le coup de coeur auquel je m’attendais. Je ne parlerai pas non plus de déception. Impression plutôt mitigée donc mais globalement positive !

Ma note : 3,5/5

2 réflexions au sujet de « Alceste à bicyclette [critique courte – note : 3,5/5] »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s