Les contes de la nuit (3D)

Affiche du film "Les contes de la nuit"

Affiche du film "Les contes de la nuit"

Jusqu’à maintenant, je n’avais jamais eu l’occasion de découvrir l’univers particulier de Michel Ocelot (Kirikou, Azur et Asmar, Princes et Princesses…). J’ai donc voulu voir à quoi ressemblent les films de ce réalisateur réputé pour la beauté de ses images, pour son animation peu ordinaire. D’autant plus que ce nouveau film est proposé en 3D.

A la recherche du loup-garou...

A la recherche du loup-garou...

Chaque nuit, à Paris, dans ce qui ressemble à une petite salle de spectacles ou de cinéma, une jeune fille, un jeune garçon et un homme beaucoup plus âgé passent des heures à imaginer puis jouer des histoires aussi variées les unes que les autres. A chaque fois, les deux jeunes gens imaginent leurs personnages, leur costumes, les décors, et le vieil homme s’occupe de tout. Quelques instants plus tard, le rideau rouge se lève, et nous voilà plongés dans un conte d’une quinzaine de minutes. Nous faisons ainsi connaissance avec Yann, un jeune homme du Moyen-Age, qui se marie avec une jeune fille en pensant que c’est elle qui l’a sauvé lorsqu’il était enfermé à tort en prison, alors qu’en réalité c’est la sœur de celle-ci qui le soutenait. Lorsque Yann avoue à sa jeune épouse qu’il est un loup-garou, cette dernière le trahit et fait tout pour qu’il soit abattu, au détriment de sa sœur qui en est toujours secrètement amoureuse… Puis nous voyageons aux Antilles, ou Ti-Jean s’égare lors d’une promenade, se retrouve au royaume des morts, et doit séduire la Belle-sans-connaître, fille aînée du maître des lieux, pour avoir la vie sauve. La tâche paraît insurmontable, mais des animaux bien particuliers vont lui être d’une aide précieuse… Nous partons ensuite pour la cité en or, chez les Aztèques, où la coutume veut que quatre fois par an, la plus belle fille de la cité, choisie par le grand berger, soit sacrifiée et donnée à manger au bienfaiteur de la cité, un monstre sans pitié qui en récompense leur offre de l’or… Un jeune visiteur, qui ne connaissait pas cette coutume, va tout faire pour sauver la malheureuse élue dont il est tombé amoureux… L’Afrique, terre de Kirikou, n’est pas en reste avec l’histoire du garçon tam-tam : un jeune musicien qui passe son temps à jouer des percussions, ce qui agace les habitants de son village, qui lui conseillent plutôt de travailler. Un jour, il sauve la vie d’un vieux sage, qui en récompense lui apprend à jouer du tam-tam magique, celui qui fait danser tout le monde… Un petit saut en Asie pour suivre les aventures d’un jeune garçon qui ne ment jamais, et qui va être mis à l’épreuve par la fille du maître d’un royaume voisin : le vainqueur du duel obtiendra la moitié du royaume du vaincu… Le jeune homme travaille pour son roi, en veillant sur un cheval qui parle. La jeune fille, elle, est propriétaire d’une jument qui chante… Les deux animaux vont avoir leur rôle à jouer dans ce duel… Enfin, nous revenons au Moyen-Age avec une jeune fille contrainte et forcée d’épouser un sorcier, et qui compte sur le fils d’un architecte pour la tirer de là… Le jeune homme en question est amoureux de la pauvre fille, et va tout faire pour la sortir des griffes du sorcier et pouvoir vivre avec elle…

Ti-Jean doit séduire la Belle-sans-connaître

Ti-Jean doit séduire la Belle-sans-connaître

J’ai été tout simplement bluffé par la beauté des images de ce film. Les personnages sont tous représentés en ombres noires, avec uniquement les yeux et la plupart du temps de profil, ce qui permet malgré tout de deviner des expressions de visage. En revanche ces personnages évoluent dans des décors riches en couleurs, chaque conte ayant son propre univers et ses propres couleurs dominantes. Je m’attendais à une 3D « à la Titeuf », c’est à dire sans grand intérêt, et bien je me suis trompé : les images sont encore plus belles, les décors plus féériques, grâce au relief. Sans oublier que certaines scènes ont été écrites pour la 3D, et que le responsable de la mise en relief de ce film venait juste de finir « Moi, moche et méchant » lorsqu’il a rejoint Michel Ocelot. Le résultat est vraiment surprenant et magnifique. Pour ce qui est de l’histoire, c’est une succession de six petits contes qui n’ont pour seul point commun que la présence d’une jeune fille et d’un jeune homme dans les rôles principaux. Ces histoires sont plutôt sympathiques, pas très compliquées, et je me suis parfois un peu ennuyé… Mais je préfère retenir de ce film sa beauté visuelle.

Ma note : 3/5.

Dans la cité en or, un jeune homme rencontre une jeune fille qui va être sacrifiée car elle est la plus jolie...

Dans la cité en or, un jeune homme rencontre une jeune fille qui va être sacrifiée car elle est la plus jolie...

Photos film : www.allocine.fr (Fiche du film ici)

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s