Les Lyonnais

Affiche du film "Les Lyonnais"

Affiche du film "Les Lyonnais"

Depuis « 36 quai des orfèvres » et « Gangsters » (j’ai loupé « MR 73 »), je suis fan d’Olivier Marchal et de son univers. Aussi quand j’ai appris il y a quelques mois qu’il tournait « Les Lyonnais », qui plus est avec un acteur de la trempe de Gérard Lanvin dans le rôle principal, j’ai noté ce film dans mes priorités pour cette fin d’année.

Momon "jeune" (Dimitri Storoge) est visiblement en désaccord avec son ancien complice Chavez (François Levantal)

Momon "jeune" (Dimitri Storoge) est visiblement en désaccord avec son ancien complice Chavez (François Levantal)

Un homme se promène torse-nu à la terrasse d’un hôtel en bord de mer. En voix off, il nous parle de sa vie, apparemment bien remplie. Puis on le retrouve, armé, pénétrant dans un bâtiment sombre, et une détonation retentit. Générique. Cet homme, c’est Edmond Vidal, « Momon », ancien bandit membre du célèbre gang des Lyonnais. Rangé des affaires, il coule une vie paisible auprès de sa femme Janou, dans une magnifique villa. De son passé, outre des souvenirs de braquages réussis, mais aussi d’années de prison, il a conservé quelques amis fidèles, qui comptaient parmi ses coéquipiers : Christo et Dany entre autres. Au cours d’une fête de famille, la nouvelle tombe : Serge vient d’être arrêté. Serge, c’est l’ami d’enfance de Momon. Celui qui l’a toujours défendu à l’école. Elevé dans une famille de gitans, vivant depuis toujours dans un camp en marge de la société, Momon avait beaucoup de mal à se faire accepter à l’école. Jusqu’à ce que Serge Suttel le prenne sous sa coupe. Ensemble, ils ont vécu leurs premiers émois d’ados, et ont un jour – simple délire de jeunes insouciants – dérobé un cageot de cerises à l’entrée d’une boutique. Arrêtés peu après, ils ont été conduits en prison où ils sont restés quelques mois, côtoyant ainsi de vrais bandits… Voilà comment les deux jeunes ont fini par passer de l’autre côté de la barrière. Au fil des rencontres, ils ont participé à plusieurs braquages, jusqu’à ce que Momon décide de monter sa propre équipe, entouré de ses hommes de confiance. Ils ont ainsi raflé beaucoup d’argent, mais en conservant un code d’honneur : le sang ne devait pas couler, il était hors de question de tuer des innocents. C’est ainsi que le Gang des Lyonnais s’est construit une image et un joli pactole avant de se faire arrêter au cours d’une grande opération de police. Quelqu’un les avait visiblement dénoncés… Par la suite, lorsqu’il est sorti de prison, Momon a souhaité profiter de sa famille, de ses enfants, de ses petits-enfants… Serge Suttel quant à lui s’est exilé en Espagne où il a continué à faire ses petites affaires pas claires… Jusqu’à ce retour en France et cette arrestation musclée. Pour Momon et ses hommes, même s’ils n’avaient plus vu Suttel depuis plus de dix ans, c’est une affaire d’honneur. Ils vont tout faire pour aider leur ami, qui court de graves dangers s’il va en prison où il ne compte pas beaucoup d’amis… Momon a aussi promis à sa femme de ne pas replonger… Homme de parole, Vidal va monter un plan pour faire échapper Suttel sans que le commissaire Brauner ne puisse remonter officiellement jusqu’à lui. Mais si Momon a toujours opéré, par le passé, avec des hommes de confiance, de parole, pour qui l’honneur était un principe de base, les temps ont changé, et les méthodes des jeunes générations sont bien différentes…

Momon Vidal (Gérard Lanvin), homme d'honneur, ne laissera pas tomber son ami d'enfance Serge Suttel (Tchéky Karyo)

Momon Vidal (Gérard Lanvin), homme d'honneur, ne laissera pas tomber son ami d'enfance Serge Suttel (Tchéky Karyo)

Une nouvelle fois, Olivier Marchal a tapé dans le mille. Après les films de flics, il a réussi à faire un film de bandits avec la même efficacité. Le scénario est fait de nombreux flashbacks, nous permettant ainsi de comprendre comment Momon et Suttel se sont rencontrés, puis sont petit à petit devenus des figures du grand banditisme, en jouant au chat et à la souris avec les flics de l’époque. Judicieusement placées, ces scènes ont été tournées avec d’autres acteurs plus jeunes, une image légèrement teintée de sépia, et nous permettent de comprendre ce qu’il se passe dans les scènes contemporaines. On voit ainsi comment se sont nouées les amitiés solides, mais aussi les inimitiés, et aussi à quel point la parole donnée et l’honneur avaient de l’importance il y a quelques décennies. Le casting est à la hauteur, avec un immense Gérard Lanvin dans le rôle de Momon. Olivier Marchal a su également s’entourer de véritables « gueules », avec ses fidèles acteurs Daniel Duval, Francis Renaud et François Levantal, mais aussi Tchéky Karyo, Patrick Catalifo et Lionnel Astier. Les jeunes, Dimitri Storoge et Olivier Chantreau en tête, sont eux aussi impeccables. Vous l’aurez donc compris, j’ai adoré ce film. Olivier Marchal nous plonge dans ce milieu fait de braquages, d’amitiés solides, de gueules, de règlements de comptes, de parole et d’honneur, et nous tient en haleine jusqu’à la dernière scène. Un film à revoir pour ma part. Attention, ne vous attendez pas à voir un « Faites entrer l’accusé » sur le Gang des Lyonnais ! Il s’agit ici d’une adaptation libre de l’histoire d’Edmond Vidal, lequel a entièrement cautionné ce film et souhaitait que ce soit Olivier Marchal qui adapte son livre « Pour une poignée de cerises ». Si certains personnages sont réels, celui de Serge Suttel est purement fictif par exemple (même s’il est fortement inspiré de plusieurs personnages qu’a côtoyés Vidal par le passé). Bravo Mr Marchal !

Ma note : 5/5

Un bonus est disponible ici

Momon (Gérard Lanvin) et sa femme Janou (Valeria Cavalli), un couple qui a souffert et su traverser les épreuves, mais qui pourrait bien être remis en question si Momon replongeait...

Momon (Gérard Lanvin) et sa femme Janou (Valeria Cavalli), un couple qui a souffert et su traverser les épreuves, mais qui pourrait bien être remis en question si Momon replongeait...

Photos : www.allocine.fr (Fiche du film ici)

3 réflexions au sujet de « Les Lyonnais »

  1. Casting qui a d’la tronche… Histoire inspirée de faits réels… Réalisateur qui connait ce milieu, ancien de la PN…

    Au final, une bonne petite baffe ! Mais moins que pour Forces Spéciales ou que pour Intouchables.
    Je le place entre ces 2 là et Or Noir !
    4.5/5

    Morale de l’histoire : on peut être bandit tout en ayant des principes, des valeurs, en gros, un code de l’honneur !
    Maintenant, on se rend compte, qu’on a affaire à petits cons qui se pensent intouchables ou immortelles et que tout leur est du…

    • Ça nous rappelle aussi qu’il fut une époque où les gangsters ne tuaient pas pour le plaisir… Des vols, braquages, crimes etc. étaient commis, mais le meurtre d’innocents, les policiers/gendarmes froidement abattus parce qu’ils font leur boulot, les carnages malheureusement trop souvent d’actualité étaient rares à l’époque voire inexistants comparé à maintenant. Les flics et les voyous nouaient entre eux une sorte de respect, ce qui ne les empêchait nullement de faire leur boulot…

      • +15
        Comme tu le dis si bien, les mecs avaient du respect !
        Cf. la scène du resto avec Momon mesnotté qui ne prend pas la fuite parce qu’il a donné sa parole.
        De nos jours, c’est on descend tout ce qui bouge…
        J’aime bien la scène où Momon défonce la tronche de l’époux de la fille à Sergio…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s